Total mistake...

Publié le par Armande

 

crapaud

 

 

grenouille-rouge    Le titre de ce petit polar régional m'a induite en erreur ! "Chercheuses de crapauds", je me voyais déjà utiliser mes connaissances universitaires, mon diplôme en "batracientologie"... J'ai quand même consacré mon mémoire de maîtrise à la grenouille des fraises qui vit en Amérique Centrale. Elle est appelée ainsi car elle est toute petite, a le corps rouge avec des points noirs : une fraise de Plougastel version gluante ! (On se tait dans l'oreillette, je raconte ce que je veux, c'est mon article !)

   Las ! J'ai dû me résigner, il ne s'agit dans cette histoire que d'un symbole, point de vrais crapauds mais deux femmes à la recherche d'un compagnon qu'elle saurait faire passer du statut de batracien à celui d'homme. Un grand classique des contes de fées !

   J'ai lu ce polar en une soirée, ce qui est plutôt bon signe. Léna, une des héroïnes, est une gardienne du phare de Kéréan (ben voui, la parité fonctionne même dans ce milieu très fermé) et communique par mail (vive Internet) avec un Inuit. Tous les deux ont la fibre écolo et brûlent de passion à distance. Claire dirige une clinique d'alcoologie, recueille des femmes brisées par la boisson (la parité existe malheureusement aussi dans le domaine de la dépendance alcoolique). Elle élève ses deux enfants depuis son divorce quand surgit un amour de lycée, libraire/danseur/gardien d'église (ça c'est un homme !). Léna et Claire se rencontrent par hasard et sympathisent au moment même où à Quimper et à Brest, des femmes réputées pour leur gosier en pente, meurent empoisonnées à la mort aux rats.

   Valérie Le Nigen signe un roman sans prétention qui a le mérite de parler de l'alcool au féminin. J'ai beaucoup aimé la description de la clinique et ses méthodes qui sortent un peu de l'ordinaire, en particulier les soirées tisanes et contes où Eliane, une aide-soignante s'improvise raconteuse d'histoires. Elle démarre toujours sa "contée" par un proverbe breton choisi au hasard dans un recueil. Je vous livre le premier d'entre eux qui m'a laissée perplexe :

 

Ar merc'hed hag an istr, a rafe d'ar vein ober chistr( traduction : les femmes et les huîtres feraient faire du cidre aux pierres...)

 

L'âme celte est parfois insondable...

 

 

dialogues

 

Scoop de dernière minute, les grenouilles rouges ont migré : de l'Amérique Centrale jusqu'à mon jardin du Nord Bretagne ! C'est une nouvelle preuve du réchauffement climatique !

 

P1000491.JPG

Publié dans romans policiers

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jbrod 27/01/2011 09:15


c'est un jardin extraordinaire


DF 25/01/2011 11:38


Grenouilles toujours: en Suisse, il y a aussi ça:

http://www.museedesgrenouilles.ch

Les bébêtes exposées vont faire prochainement l'objet d'une restauration...


Armande 26/01/2011 11:35



Je fonce visiter cette merveille. J'en ferai un compte-rendu pour la revue "Passion Batraciens" dont je suis un pilier ;-)



DF 21/01/2011 15:31


En matière de grenouilles, je garde un souvenir lumineux de "Fume et tue" d'Antoine Laurain...


Armande 25/01/2011 10:49



Je me dis souvent que je devrais le lire et puis j'oublie...



juliette 20/01/2011 10:12


armande!!!!!!!!!! Vas chez Azi-lis.over-blog!
Elle propose même de partager les patrons...


cathulu 19/01/2011 17:55


ça doit être une explication du style elles leur feraient faire n'importe quoi, non ? :)
En tout cas, l'auteure, dont le nom ne m'est pas inconnu, est journaliste à france inter , entre autres.


Armande 19/01/2011 18:30



J'ai tendance à penser comme toi ;-)