Reconstituer le puzzle...

Publié le par Armande

le-sens-de-la-famille.jpg
Dans ce texte autobiographique, Amy Homes tente de comprendre ce que signifie "appartenir" à une famille quand on est une enfant adoptée. Il semblerait, à la lecture de son témoignage, qu'être adopté, c'est surtout s'interroger sans cesse sur son identité, jongler entre l'inné et l'acquis et souffrir de n'être jamais un maillon reconnu d'une lignée.
   A l'âge de 31 ans, elle est contactée par l'avocat qui s'est occupé de son adoption. Il lui précise que sa mère biologique souhaite rentrer en contact avec elle. Amy Homes va accepter cette proposition et apprendre à connaître sa génitrice qu'elle avait idéalisée et qui s'avère rapidement de pas être à la hauteur de ses rêves. L'auteur va aussi être confrontée à la volonté farouche de cette femme de rattraper le temps perdu et d'occuper une place de première importance dans la vie de sa fille. Tout au contraire, son père biologique, dont elle apprendra aussi l'identité, n'aura de cesse, de l'éloigner de sa famille "officielle", la confortant dans l'idée qu'elle ne compte pas. Devant l'imprévisibilité de ses parents biologiques, elle va se lancer dans la généalogie. ses ancêtres sur papier ayant le mérite de ne lui créer aucune déception. Et le dernier chapitre la voit revenir vers sa grand-mère, celle de sa famille adoptive. Le lecteur a le sentiment que la boucle est bouclée, que l'auteur accepte que finalement, les vrais liens, au delà du biologique, sont les liens du coeur, les liens qui l'attachent à cette vieille dame, qui n'est pas de son sang mais qui l'a aimée de toute son âme. Ce texte est parfois déroutant, l'auteur est en plein questionnement, et la structure même du récit s'en ressent : autant la première partie où Amy Holmes rencontre tour à tour ses parents biologiques est riche en émotions, autant les chapitres consacrés à ses recherches généalogiques semblent longs . Il est difficile pour le lecteur de s'intéresser à des ancêtres qui ne sont pas les siens. En revanche, cette démarche est importante pour l'auteur qui cherche à reconstituer son "puzzle identitaire":
" Chercher, creuser, réveille des zones engourdies, ouvre des labyrinthes dans ma propre expérience, dans mon aptitude à l'élaborer. Je suis dans un état de surexcitation euphorique, et, par moments, je sombre dans la dépression. Je continue à creuser, en me disant que, si j'ingère l'information, je serai à même de l'habiter, de me sentir plus complète-sans songer qu'il se pourrait que j'obtienne l'effet rigoureusement inverse".
prixdeslectriceselle2.jpg

Commenter cet article

zarline 25/05/2010 15:47


Je partage totalement ton ressenti. En effet, dur de s'intéresser à ces interminables recherches généalogiques et je suis restée complètement insensible à ce récit.


Armande 26/05/2010 12:03



Moi, je n'ai décroché qu'à mi-parcours...



Diddy 24/05/2010 21:01


Je suis concernée par l'adoption, c'est en projet pour les années à venir. Je ne sais pas si j'ai envie de lire ce livre...


Armande 26/05/2010 12:03



Il a le mérite de poser les questions qui dérangent...



cathe 24/05/2010 10:17


Come Cathulu j'avais beaucoup aimé la quête de l'auteur, même si, c'est vrai, il y a quelques longueurs. Et je l'avais conseillé à quelqu'un concerné par l'adoption qui avait adoré !


Armande 26/05/2010 12:02



Ce livre soulève beaucoup de questions essentielles sur l'adoption.



cathulu 24/05/2010 08:17


J'avais beaucoup aimé la franchise de l'auteure.


Armande 26/05/2010 12:02



Je suis d'accord. Ce n'est pas évident d'être aussi franche quand on évoque des sujets aussi personnels.