Professeur cherche élève ayant désir de sauver le monde, de Daniel Quinn

Publié le par Hervé

    IshmaelGamine vive et intelligente mais laissée en jachère, Julie Gerchak découvre en lisant le journal une annonce dont la formulation  la laisse songeuse. Répondant à cette invite, elle découvre que le professeur en question n'est autre qu'un gorille télépathe, qui plus est philosophe et adepte de la maïeutique. Commence alors une initiation à la réflexion personnelle sur de grands sujets de civilisation.

    A la médiathèque, j'ai d'abord été attiré par la couverture  puis par la 4ème qui se termine par "...qui devrait intéresser de nombreux enseignants...". J'ai donc ajouté ce tome de la trilogie Ishmael à ma provision de livres pour les vacances. La lecture de ce roman m'a ramené un bon nombre d'années en arrière et m'a rappelé mes cours de philo qui, à l'époque, il faut bien l'avouer, ne me fascinaient pas énormément. Le récit, qui est bâti sous la forme d'un questionnement entre un maître et une unique élève, nous propose un raisonnement sur l'évolution de notre société et les dérives de celle-ci ( c'est surtout la société américaine qui est analysée) en comparaison avec les cultures tribales. On aborde entre autres des thèmes comme l'instruction, la violence, le chômage, les sectes. Très vite je me suis pris au jeu d'essayer de répondre aux questions d'Ishmael à la place de Julie. De lecteur, je devenais élève et j'en ai parfois perdu le fil de ma lecture.

    J'ai trouvé ce livre intéressant, particulièrement l'idée du gorille en mentor. Il fallait bien un regard extérieur pour porter une critique de notre monde dit civilisé, alors pourquoi pas un gorille, représentant d'une espèce en voie de disparition en raison des agissements des hommes. Le défaut de Quinn est d'hériger comme modèle celui des tribus primitives. Il ne trouve nul défaut à un modèle de société qui, tout compte fait, a été abandonné.
Je ne cache pas que je n'ai pas été d'accord tout du long avec l'enseignement proposé par "Ishmael-Daniel Quinn". En particulier  le discours sur l'éducation, sujet sensible dans une famille de profs... On y retrouve hélas de nombreux poncifs, en voici un florilège : les examens sont nuls, l'école ne prépare pas à la vie active, ni à la vie tout court. Les professeurs ne pensent qu'à faire leur programme, les élèves n'apprennent pas ce qui les intéresse mais sont forcés d'apprendre des choses qui n'ont aucune utilité. Les écoles sont des centres de détention. Fermons les écoles et ouvrons la ville à nos enfants pour les laisser apprendre ce qu'ils veulent. Etc ... Bon, avec un discours comme celui-ci, pas besoin de se ruer dans les boutiques pour les soldes, me voilà habillé pour la saison qui vient.
Globalement, j'ai tout de même passé un bon moment de lecture et je vous recommande cette trilogie dont le premier tome a eu un très grand succès.

Publié dans articles de ma moitié

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mouton sauvage 31/12/2009 14:41


Bonjour, cela vous intéressera peut-être car il est très difficile de trouver les livres de Daniel Quinn en français.
"Ishmael": http://frishmael.wordpress.com
"Au-delà de la civilisation": http://anticivilisation.hautetfort.com

Et par rapport à: "Le défaut de Quinn est d'hériger comme modèle celui des tribus primitives. Il ne trouve nul défaut à un modèle de société qui, tout compte fait, a été abandonné.", ce modèle n'a
pas été abandonné, il est toujours utilisé par plusieurs peuples sur terre et s'ils en changent, c'est généralement parce qu'ils y sont forcés, pas parce que notre modèle est meilleur.
Quinn ne dit pas que le mode de vie primitif est le meilleur modèle, il dit juste qu'il a sacrément bien fonctionné pendant des dizaines de millénaires, ce qui est loin d'être garanti avec le
notre.
Salutations


Hervé 31/12/2009 18:02


Merci pour ces précisions cher mouton sauvage. Je pense seulement que le modèle de la tribu est adapté à un petit groupe d'individus mais pas à des populations importantes comme nous en avons
aujourd'hui. Un changement de type de société s'est donc imposé, c'est en cela que je parle d'abandon. Je ne prétends pas pour autant que ce que nous vivons est meilleur.
Salutations et bonne année !


celsmoon 29/12/2009 16:47


Je ne savais pas qu'Ishmaël était une trilogie... j'ai lu le livre, il y a bien longtemps :)


Hervé 30/12/2009 17:32



Je n'avais jamais entendu parler d'Ishmael. C'est le hasard qui m'a fait découvrir ce livre. Comme quoi il lui arrive de bien faire les choses.



Tiphanie 29/12/2009 12:09


Le titre est effectivement accrocheur, je le note.


Hervé 29/12/2009 12:52


Bonne lecture !


esmeraldae 29/12/2009 10:33


le sujet est intéressant mais pas sûr que ça me plaise


Hervé 29/12/2009 11:49


Il y a une vraie réflexion sur l'évolution des sociétés. Même s'il s'agit d'un point de vue, le primitivisme, ça vaut la peine d'être lu.


Hambre 28/12/2009 22:41


L'histoire est originale ;)


Hervé 29/12/2009 11:45


Au delà de l'originalité, il ya là l'occasion pour Daniel Quinn d'étayer ses thèses sur le primitivisme. Cette rédaction sous forme d'un dialogue  en facilite la lecture.