Pascale Maret : un écrivain "happé" par la fiction...

Publié le par Armande

 pascalemaret.jpg  Serrés les uns contre les autres ( un écrivain, forcément, ça intimide !), les membres du Club Lecture de mon collège ont écouté avec beaucoup d'attention Pascale Maret, invitée dans notre région par l'association Trégor'ados.

   Je me suis glissée dans le CDI de ma collègue et amie Christine, à dix heures, alors que la discussion était déjà entamée (j'étais en retard pour cause de pause café prolongée, la honte !) et j'ai pu constater que l'auteur avait déjà réussi à se les mettre dans la poche. Elle a répondu avec simplicité et humour à leurs questions évidemment prévisibles sur sa vocation, ses méthodes de travail et ses sources d'inspiration. J'ai donc appris que Pascale Maret "glandait" beaucoup avant de s'atteler à la tâche et d'écrire ses quelques pages journalières sur son cahier d'une marque bien connue (superstition dont elle-même se moque mais comme cette marque lui a porté chance pour son premier livre, elle a conservé l'habitude de coucher ses histoires sur des cahiers identiques...), qu'elle "rêvassait" beaucoup sur ses personnages avant qu'ils n'acquièrent identité et humanité et que de temps en temps, elle les mettait dans des situations "merdiques" dont elle avait bien du mal à les sortir.

   Comme d'ordinaire, les sixièmes et les cinquièmes ont levé timidement mais résolument le doigt pour poser leurs questions alors que les grands, les quatrièmes et les troisièmes, n'en perdaient pas une miette mais se seraient plutôt fait arracher tous les ongles des doigts de pieds avec une tenaille plutôt que d'ouvrir la bouche. Qu'importe, ils ont tout autant profité de ce moment où un écrivain évoquait pour eux les "mystères" de l'écriture.

   Pascale Maret leur a rappelé l'importance des histoires, de la fiction et s'est servie de sa propre expérience pour l'illustrer. Elle leur a confié avoir appris à lire toute seule pour pouvoir se plonger dans les romans, dans les histoires et s'être rapidement fait happer par la fiction.

   Voilà déjà quelques années que les histoires inventées par cet auteur sont à l'honneur dans le Trégor. Depuis la création de l'association Trégor'ados qui réunit des documentalistes et Isabelle Réty, la spécialiste jeunesse de la librairie Gwalarn de Lannion, Pascale Maret a figuré trois fois dans la sélection du Prix Trégor'ados qui récompense un roman jeunesse écrit dans l'année.  

  une année douce amère  Je me souviens avoir lu et étudié avec mes élèves de Troisième "Une année douce-amère" qui se déroule en 1943 dans un petit village. J'avais enchaîné la rentrée d'après avec "A vos risques et périls", qui a pour thème la télé-réalité et ses dérives. Et en 2010, nous avons  le plaisir de l'accueillir pour "Le monde attend derrière la porte", qui dénonce avec force certaines dérives sectaires. 

   L'heure a passé trop vite, j'ai dû quitter le havre douillet du CDI pour retrouver une classe de sixième, pressée d'en découdre avec un extrait des Mots inutiles de Jean Tardieu.  Il est vrai que cette répétition avant les vacances était importante : nous assurons ( je m'inclus dans le lot : "diriger"  ma petite troupe, c'est du boulot!)  la première partie de la pièce jouée par les membres du Club Théâtre au mois de juin et nous sommes loin d'être prêts... Et puis, si tout n'est pas parfait, tant pis... il y aura des déguisements, du stress, des rires, de la complicité et ce sera déjà le bonheur, foi d'Armande !

 

 

 

 a vos risques et périlsle monde attend derrière la porte

Publié dans littérature jeunesse

Commenter cet article

La plume et la page 11/04/2010 21:18



Foi de Plume! Ca c'est une super idée que d'inviter des écrivains. J'ai assisté il n'y a pas très longtemps à une rencontre de ce genre avec Hubert Ben Kémoun, auteur jeunesse (qui écrit
également des spectacles pour les enfants). Non seulement il s'est mis les collégiens dans la poche, mais aussi les adultes! Hallucinant!



Armande 12/04/2010 09:30



Le collège accueille tous les ans un écrivain : Valérie Zenatti, Jean-Claude Mourlevat, Michel Le Bourhis... J'aime beaucoup ces rencontres qui pour certaines ont changé la destinée d'élèves...



kali 09/04/2010 20:04



Elle est venue rencontrer nos 3e en début d'année et le courant est bien passé aussi! Certains avaient lu "Une année douce-mère", d'autres "Sur l'Orénoque".



Armande 10/04/2010 20:29



Je ne connais pas l'Orénoque. Je vais l'emprunter à la médiathèque.