La porte d'Orphée, de Tim Kring

Publié le par Hervé

LA_PORTE_DORPHEE_avec_A18FEm_1293100274.jpg

 

 

Automne 1963. USA.

Chandler Forrestal, éternel étudiant fauché, se trouve bien malgré lui le cobaye d'une expérience dont le maître d'oeuvre est la CIA. Il s'agit ni plus ni moins que de tester l'effet du LSD, pris à hautes doses, sur l'esprit humain. L'expérience est un succès. Chandler est désormais capable d'influencer le cerveau des autres, de prendre leur contrôle, de les obliger à agir  " à l'insu de leur plein gré", de les rendre victimes d'hallucinations... Il profite de ses nouveaux pouvoirs pour échapper à ses geoliers. S'engage alors une course-poursuite entre différentes organisations, CIA, FBI, KGB et mafia, qui souhaitent récupérer l'arme qu'est devenu Chandler pour accomplir leurs propres desseins.

En second plan de cette aventure, on trouve la politique de John Kennedy vis à vis de Cuba et du communisme. Les tentatives pour assassiner Castro, les missiles soviétiques, le mur de Berlin, la guerre du Viet-Nam. Le récent fiasco de la "Baie des cochons" a laissé des traces et la droite conservatrice, voire réactionnaire, n'apprécie pas ce président "mou".

Quand JFK vient à Dallas le 22 novembre 1963, les différents protagonistes de l'histoire y sont aussi ...

 

Ecrit par Tim Kring, créateur de la série "Heroes", ce roman nous propose une autre version de cet événement resté marquant dans l'Histoire du XXème siècle. Il me semblait intéressant de lire comment un feuilletoniste s'y prendrait pour nous raconter cet épisode tragique.

J'ai été un peu déçu par la construction du roman, articulé autour de plusieurs personnages tout aussi importants que Chandler : Melchior, BC, Naz. On retrouve là la construction du scénario de "Heroes " dont je n'ai suivi qu'une saison et demie.(Mon favori :  le petit Japonais dodu qui voyage dans le temps !) Trop de personnages, trop d'histoires, bien qu' in fine  tout se rejoigne pour le dénouement.

 

J'ai tout de même apprécié la démarche et l'intrigue. Si vous lisez ce livre, ne l'abandonnez pas en cours : le suspense est mené jusqu'au bout et la fin est surprenante.

 

Merci aux éditions Michel Lafon qui m'ont adressé ce livre.

Publié dans articles de ma moitié

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Amélie 03/04/2011 23:43


Je l'ai lu aussi, et pour ma part, j'ai aimé que ce ne soit pas si simple au niveau des personnages (nombreux, il est vrai, et j'avoue m'y être un peu perdue). En revanche, j'attendais autre chose
à la fin... j'ai été surprise, mais pas dans le bon sens. Je ne sais pas trop à quoi je m'attendais, mais sans doute à quelque chose de plus clair. Ou alors, je n'ai rien compris...


Hervé 04/04/2011 18:15



L'auteur ayant accordé une importance quasi égale à chacun des personnages, j'ai trouvé que l'histoire se dispersait alors un peu sur chacun et en rendait l'intrigue plus diffile à
suivre.



Lystig 12/03/2011 10:23


:))


Lystig 11/03/2011 20:38


un truc : dans les films (et les livres) américains, les méchants fument


Hervé 12/03/2011 10:20



Et ils ont un mégot surdimensionné ?



Lystig 10/03/2011 06:04


il est vrai qu'il y a pléthore de personnages


Hervé 11/03/2011 10:11



Quand les enfants regardent un film, ils aiment bien savoir dès le début qui est le gentil et qui sont les méchants. Ici, c'est pareil. J'aurais préféré un bon personnage central.



Ankya 09/03/2011 21:31


En tout cas j'adore la couverture !


Hervé 11/03/2011 10:17



Oui, je ne sais pas trop ce qu'elle réprésente. Ma première réaction a été de penser à l'affiche du film "l'aveu"  de Costa Gavras avec Yves Montand".