La pluie, avant qu'elle tombe

Publié le par Armande

Jonathan-Coe.jpg

   "Elle fut un peu réconfortée par la vue d'une cafetière à côté de laquelle attendait, encore sous vide, un paquet de café colombien fraîchement moulu. Elle l'ouvrit aussitôt, s'en prépara une dose généreuse et, avant même d'en avoir savouré les premières gorgées, se sentit ragaillardie par les gargouillis conviviaux, et les vapeurs capiteuses, aux senteurs de noix, qui emplirent la cuisine d'une chaleur aromatique."

    Je n'ai pas choisi cet extrait par hasard, il assure  la transition avec le mini swap café ! De manière moins anecdotique, Jonathan Coe ne se contente pas d'évoquer le "noir breuvage" que nous chérissons. Il construit une histoire à rebours où Rosemond, une femme âgée, retrace son existence à partir de vingt photos qu'elle a sélectionnées. Cette histoire est  destinée à Imogen, sa petite nièce, afin que celle-ci comprenne mieux l'enchaînement de circonstances qui a conduit à sa naissance. En effet, Rosemond se fait surtout la narratrice d'un destin autre que le sien : celui de Béatrix, la grand-mère d'Imogen . Ce personnage, à la fois fascinant et rebutant aura exercé toute sa vie une influence déterminante sur la vie de Rosemond, cantonnée dans le rôle de faire-valoir ou de nourrice.

   Le procédé narratif peut sembler répétitif : le personnage enregistre sur cassette la description de chacun des clichés. Moi, j'ai apprécié de découvrir peu à peu, pan par pan le passé de Rosemond et surtout celui de trois femmes liées par le sang : Ivy, mère de Béatrix, Béatrix, mère de Théa, Théa, mère d'Imogen. La narratrice s'interroge sur la filiation, sur le caractère inéluctable de certains schémas qui se reproduisent de génération en génération, sur la notion de maternité, autant de thèmes sensibles qui m'ont touchée.

   Je ne vous livrerai pas le secret du titre, il se révèlera à vous lors d'une scène que je garderai longtemps en mémoire...

  

  

Publié dans littérature anglaise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dasola 25/10/2010 15:45


Bonjour, j'ai trouvé ce roman superbe. Jonathan Coe se renouvelle bien après Testament à l'anglaise (que je dois relire) ou Le cercle férmé. Il a brossé de beaux portraits de femmes et cela se lit
comme un polar. Bonne après-midi.


aBeiLLe 16/04/2010 18:22



J'ai aussi beaucoup aimé ce roman, j'ai bien envie de découvrir autre chose de cet auteur!



Armande 16/04/2010 19:47



Il te reste le meilleur à découvrir !



keisha 16/04/2010 15:18



Ton blog va sentir le café maintenant, ce qui n'est pas pour me déplaire... j'ai bien aimé ce livre e Coe, plus intimiste, moins grinçant...



Armande 16/04/2010 19:46



C'est vrai que le ton est très différent. Certaines pages sont empreintes d'une grande poésie.



Lorence 16/04/2010 13:31



J'ai beaucoup aimé ce livre et ce pas à pas ou plutôt ce photo à photo.



Armande 16/04/2010 19:45



La démarche est intéressante !



BlueGrey 16/04/2010 11:53



Ce livre-là de Coe m'a un peu déçue : j'ai trouvé le procédé narratif répétitif, un "exercice de style" qui alourdit le récit. De plus la révélation finale est un peu décevante puisqu'on la
devine en amont. Et à aucun moment je n'ai retrouvé l'humour sarcastique que j'aime tant chez Coe...  



Armande 16/04/2010 19:45



Moi j'aime tout chez COE ! Je suis addict !