J'ai déniché une perle à Cancale...

Publié le par Armande

  valse-d-amour.jpg

 Hier, de visite à Cancale, je flânais comme d'habitude à la maison de la Presse. Mon regard se porta soudain sur un petit livre au titre accrocheur "Coup de foudre à Lannion". Quoi ? Comment ? un roman qui se déroule dans ma ville et je ne suis pas au courant. Je pris l'objet en main : format Harlequin, couverture Harlequin, nombre de pages (212) Harlequin. Que devais-je faire : le reposer ? Quand on sait que les Harlequinades 2010 ont lieu cet été, cela n'aurait pas été raisonnable. S'élance-t-on le jour du marathon de Paris sans entraînement ? Et bien, pour les Harlequinades, c'est la même chose, il faut se préparer sinon on risque le claquage intellectuel !

   De retour à Lannion, suivie par ma chatte acariâtre (Minouche pour ceux qui auraient oublié son nom ) je me retirai dans mon "boudoir" (ma chambre pour parler moins chic). Après examen approfondi, il s'avère que ce roman est édité par Ouest-France et pour confirmer le cachet breton : en surimpression sur la couverture, il y a des motifs de costumes traditionnels. J'avais donc en main un roman sentimental BRETON ! Trop bien ! diraient mes filles...

   Pour l'intrigue, je me m'attarderai pas : Erwan et Léa se rencontrent lors d'un fest noz et connaissent des amours compliqués jusqu'au happy end. La trame est classique et convenue mais pas déplaisante. Non, évidemment, ce qui a retenu mon intérêt, c'est que ce livre se déroulait chez moi,  à domicile. Chaque endroit évoqué me ramène à mon quotidien : Ploumanac'h, la plage de Saint-Guirec, Trégastel, Rospez...L'héroïne travaille à Lannion chez un photographe et au moment où j'arrivais à la description de la ville, Chéri arrive pour lire à mes côtés : erreur fatale !

   Je lui brosse rapidement le topo sur ma lecture en cours et me replonge dans mon roman. Chapitre 4, nous sommes un jeudi, jour de marché. Comment Marie Garlan va-t-elle nous présenter cette attraction locale ? je fais part à Chéri de cette interrogation, à laquelle il répond par un vague "murff". Léa se promène dans les rues, je reconnais tous les détails, je jubile, s'arrête manger une crêpe (comme demoiselle Cadette) et va déguster des macarons dans une pâtisserie que j'identifie comme Audigou. Comme l'auteur ne précise pas le nom de l'établissement, je lis le passage descriptif à mon compagnon de couette qui me demande quand je vais le laisser tranquille. Sympa, je sollicite un peu d'aide et voilà comment il me répond . M'en fiche, trois pages après, le mystère est éclairci, Marie Garlan nous précise qu'il s'agissait d'Audigou. Je communique cette info à Minouche qui répond par un ronronnement aimable. Certains sont plus gentils que d'autres dans ce lit...

   Conclusion: un roman qui se lit d'une traite que je recommande aux touristes. En plus de la douzaine de crêpes, de la bouteille de cidre, et du collier triskel, glissez dans vos bagages ce petit livre : il complètera la panoplie !

 

 

Publié dans chicken littérature

Commenter cet article

anne sophie 09/05/2010 15:28



c'est drole, hier soir aux valseuses, ce livre était sur le comptoir et bien entendu ma curiosité a été éveillée par le titre. Bon, ce livre avait déjà un propriétaire donc je n'ai pas pu aller
plus en avant dans mon exploration mais je vais aller l'acheter. Effectivement, vu le titre et la couverture j'ai tout de suite associé le livre aux livres harlequin. j'ai trouvé les commentaires
et l'article très intéressants.



Armande 09/05/2010 17:48



Les Valseuses sont citées dans le livre... Il est assez logique de trouver ce roman sur le comptoir !



Mango 25/04/2010 18:49



Très drôle ton billet: ça, c'est du vécu, avec chat et tout!...   



Armande 25/04/2010 18:58



C'est tellement du vécu que Chéri a utilisé les commentaires comme droit de réponse !



La plume et la page 25/04/2010 09:33



Tu crois que je peux le trouver en Normandie?



Armande 25/04/2010 18:57



Bonne question : est-ce que le roman sentimental breton "s'exporte" ? Je n'en suis pas sûre !



Chéri 24/04/2010 14:25



Un petit tour sur ton blog et je lis " j'ai déniché une perle à Cancale".



Ah ! Heureux instant !  Ma moitié chérie allait révéler au world wild web l'exquis moment  de notre rencontre. Ivre de bonheur, je me jettai
sur cette narration. Hélas... Loin d'y lire mon panégyrique, je découvris qu'il ne s'agissait pas de moi, mais d'un succédané d'harlequin ! Et si j'apparaissais bien dans cette
chronique, c'était décrit en mari monotâche, incapable de suivre en parallèle le fil de l'histoire de son livre et la description du trajet de Trucmuche et Machinchose dans les rues de Lannion.
Ben zut alors ! Déçu-Déçu. Une belle perle comme moi ...



Armande 24/04/2010 15:15



Ma "perle" de Cancale, oserais-tu nier la véracité des faits ? Je te préviens, j'ai un témoin qui parlera en ma faveur : Minouche !


Quant aux circonstances de notre rencontre, je te rappelle, mon petit ami, qu'elle eut lieu sous d'autres cieux que ceux de la Bretagne... A moins que tu me confondes avec une autre ? Damned, je
vais interroger Belle-Maman à ce sujet  



sandy 24/04/2010 11:51



ho my god ! J'avais pas réalisé que tu habitais en Bretagne !!  J'y ai passé 10 jours en .. pfiouu 2006 ou
2007...; ça me mannnque !! Surtout les bonnes crêpes et le cidre ! ;o)


J'aime beaucoup ton article ! Tu as bien raison de te préparer pour les Harlequinades... je pense que sous la pression, Fashion va être obligé de s'y coller ! ;o)



Armande 24/04/2010 15:10



Je ne voudrais pas mettre la pression à Fashion mais elle a créé des "addictions" difficiles à avouer ...