Il pleut, il mouille...

Publié le par Armande

P1030299

 

Giverny-2.jpg

 

Depuis le temps que je souhaitais visiter Giverny et la maison de Claude Monet ! 14 juillet 2010, il pleut comme vache qui pisse et mon rêve prend l'eau...

   En bons Bretons, nous affrontons le déluge pour admirer (au pas de course, le jardin ) et prenons notre temps dans la maison où il devait être agréable de vivre. Les murs sont couverts par les estampes japonaises que le peintre collectionnait et j'ai enchaîné, de retour au camp de base, par la lecture des deux livres offerts par Celsmoon .

 

pont-flottant.jpgfusil de chasse

 

   Le livre de J.Tanizaki raconte une étrange histoire, celle d'un trio formé par un père et son fils auquel vient se joindre celle qui va remplacer la première épouse décédée prématurément. Elle va devoir se fondre dans l'identité de la défunte, adopter son prénom : Chinu, mais aussi chacune de ses attitudes, jusqu'à "allaiter " Tanasu à un âge qui n'est plus celui de ce tendre corps à corps.

   J'ai beaucoup aimé la manière dont l'auteur dépeint le jardin de la propriété familiale : L'Ermitage aux hérons". En revanche, les relations troubles au sein du trio m'ont perturbée. Le fait que la deuxième épouse soit considérée comme une créature malléable, que l'on peut façonner à l'image d'une autre n'est pas une idée plaisante. Elle reflète probablement l'amour fou voué à la première femme mais fait bien peu de cas de la deuxième.

 

   "Le fusil de chasse" s'est avéré une lecture intéressante. La construction est classique, le narrateur se retrouve en possession de trois lettres qui évoquent le même homme, un chasseur qu'il a croisé lors d'une promenade. Trois femmes, l'épouse, la maîtresse et la fille de celle-ci racontent tour à tour la relation adultère telle qu'elles l'ont vécue. Une fois de plus se trouve illustré le fait que l'on ne connaît jamais les sentiments de ceux qui nous sont pourtant les plus proches et qu'un événement peut être ressenti par chacun de manière très différente. Yasushi Inoué décrit avec une grande économie de moyens les douleurs et les tourments que peut engendrer l'amour. Le style (belle traduction) est épuré et touche souvent au coeur.

 

Publié dans littérature japonaise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yv 09/08/2010 22:08


La Bretagne du sud doit avoir un micro climat, mais je veux bien concéder une journée quand même !!!


Armande 10/08/2010 22:23



Les Bretons du Sud sont réputés pour leur tchache méditerranéenne et leur propension à déformer la réalité... C'est mondialement connu !



rennette 09/08/2010 21:44


Giverny quel bonheur ! tu y retourneras au Printemps c'est encore mieux !!!


Armande 10/08/2010 22:21



Y retourner... alors que les filles veulent visiter tant d'autres endroits...



Yv 09/08/2010 19:22


Et l'on dit qu'il pleut tout le temps en Bretagne alors qu'on a pas vu une seule goutte depuis des semaines ;)


Armande 09/08/2010 20:00



Menteur ! Mes informateurs, restés en Bretagne, m'ont confirmé que leur 14 juillet avait été aussi mouillé que le mien ;-)



Gwenaelle 09/08/2010 17:30


Ta photo est réussie, malgré la pluie... C'est un enchantement, Giverny!


Armande 09/08/2010 19:59



La photo est de Demoiselle Cadette qui ne se promène jamais sans son appareil numérique. Elle réalise ensuite des pages en scraapbooking magnifiques.



kathel 09/08/2010 15:57


J'ai visité Giverny hier, sous le soleil ! Tu n'as pas eu de chance... Tes lectures japonaises vont rejoindre ma LAL, bien sûr... (soupir)


Armande 09/08/2010 19:57



Veinarde !!!