En censurant un roman d'amour iranien

Publié le par Armande

iran

 

   Comment parler de ce roman foisonnant, qui part un peu dans tous les sens, musarde en chemin sans jamais lasser son lecteur ?

   Démarrons par le plus simple, le narrateur qui ressemble fort à l'auteur entreprend d'écrire un roman d'amour. Problème, nous sommes en Iran où les hommes et les femmes ne sont pas supposés établir le moindre contact avant le mariage, arrangé bien sûr par les familles. Notre écrivain va tenter de contourner cette difficulté et ces deux tourtereaux imaginaires jouent au chat et à la souris avec les patrouilles qui arpentent Téhéran, à l'affût du moindre rapprochement stratégique entre jeunes gens !

   La trame du roman est originale, le roman d'amour s'écrit sous nos yeux, souvent coupé par des remarques de l'auteur sur ce qu'il vient de rédiger ou de censurer. Le texte qu'il supprime est barré mais encore nettement lisible. Dans un pays où tout geste est suspect, chaque mot doit être pesé ! Deux personnages de sexe opposé, qu'aucun lien familial n'unit, ne peuvent se tenir seuls dans une pièce. Imaginez quelles folles pensées pourraient traverser leur esprit ?

     J'ai trouvé à la fois savoureux et dramatique le dialogue permanent que l'auteur entretient avec la personne chargée de la censure des oeuvres littéraires. Ce redoutable M.Petrovitch voit le mal partout et poursuit l'écrivain de sa paire de ciseaux "castratrices". Pas de seins, de cuisses ! Mais pas non plus de de cheveux, de lèvres, de joues roses ou de regards enfiévrés ! Encore moins de dialogues tendres ! Les amoureux sont censés échanger de plates paroles sous la férule des parents de la jeune fille.

   Le roman d'amour avance, les digressions se multiplient et c'est l'histoire de l'auteur et de l'Iran qui nous est narrée. Shahriar Mandanipour aime son pays, son passé glorieux et ses poètes anciens. Il ne peut que rire à défaut de pleurer de ce qu'est devenue sa patrie. Peu à peu aussi, tout s'interpénètre, la fiction et la réalité n'ont plus de frontières nettes et l'odieux M.Petrovitch tombe même sous le charme de l'héroïne du roman d'amour, Sara !

   J'ai beaucoup aimé ce roman, critique assez féroce du régime iranien. L'auteur a choisi de nous embarquer dans une histoire un peu folle, pleine d'humour et de fantaisie qui dénonce par le rire l'absurdité de la situation actuelle en Iran.

 

 

dialogues

Publié dans littérature iranienne

Commenter cet article

omnitech reviews 24/12/2014 12:03

This is the first time I am reading such a detailed post about Iranian love stories. I am not familiar with the Iranian authors but this article helped me understand the overall perception of Iranian romantic movies and the way they are made.

cheap solar panels for sale 18/01/2012 14:10

pourquoi malgré tout le bien que tu en dis avec tant d'autres, je n'ai pas envie de lire ce livre? je n'arriverai jamais à me comprendre!

keisha 18/04/2011 08:57


Aaah Gagner la guerre! Quelle écriture jubilatoire!


Armande 18/04/2011 10:15



Quel pavé surtout ! J'adore ces lectures au long cours !



Karine:) 17/04/2011 18:54


Je l,avais noté chez Amanda... et tu donnes encore plus envie! Je vais attendre de le croiser dans mon coin de pays mais je le lirai certainement!


Armande 18/04/2011 08:43



C'est un ovni sympathique !



keisha 16/04/2011 07:38


A mon avis, on est souvent raccord! ce roman est une surprise, et une belle...


Armande 18/04/2011 08:48



C'est vrai, je suis plongée actuellement dans "Gagner la guerre" (offert à ma Moitié pour la Saint-Valentin, mais comme il traînait sur sa table de chevet...) et je me gondole à chaque page (je
devrais dire je me "chebec"!)