Du grand art...

Publié le par Armande

  P1000662.JPG

 

   Je n'ai jamais caché mon addiction pour la collection Grands Détectives aux éditions 10/18. Il est vrai que leurs romans sont en vente libre ...

   Je viens de terminer la lecture  de "Que le spectacle commence" de Ann Featherstone et je suis encore éblouie par son talent de conteuse. Quand on aime, on n'est pas toujours très regardant sur la qualité. Je l'avoue (même pas besoin de me torturer pour cela ),  tous les romans de cette collection n'ont pas l'éclat de ce petit joyau victorien. D'emblée, le lecteur est plongé dans l'univers du music-hall. Corney Sage, artiste de son état, chauffeur de salle au répertoire de blagues bien fourni, danseur en sabots, clown quand les circonstances l'imposent est notre guide dans ce monde du spectacle. Les gens de la haute viennent s'encanailler dans les cabarets interlopes des quartiers populaires de Londres et bien souvent les danseuses "assurent encore le service" quand leur numéro est fini... L'une d'entre elles, Bessie, est surprise par Corney dans l'arrière-cour du Constellation, le cabaret où tous deux travaillent. Elle et un jeune homme élégant semblent s'être isolés pour mener "leur affaire" tranquillement mais le ton monte et Corney conseille au gandin d'être plus tendre avec les demoiselles avant de rentrer dans la salle pour son deuxième passage sur scène. Plus tard dans la soirée, Bessy est retrouvée gisant dans son sang, atrocement défigurée. Notre clown prend peur car il a vu les traits du probable meurtrier et il n'est pas le seul témoin. Lucy, une autre artiste, a assisté au meurtre et s'inquiète pour sa sécurité. Le départ est assez classique, le décor est campé avec beaucoup de détails réalistes et pittoresques. C'est la suite de l'histoire qui fait l'originalité de ce roman policier. Corney et Lucy vont tenter de comprendre qui est ce mystérieux assassin pour tenter de lui échapper.

   Ann Featherstone a inventé un meurtrier hors-norme, symptomatique de cette société victorienne où richesse et pauvreté, réalité et faux-semblants se côtoient au quotidien. Elle a su lui donner une voix, une présence, une puissance qui laissent le lecteur pantois. Le final de cet excellent roman justifie à lui que vous preniez le temps de le lire. Il est tout simplement éblouissant.

                          Le seul bémol : ce livre ne paraîtra que le 21 avril 2011 !

 

Merci à la librairie Dialogues de m'avoir permis de le découvrir en avant-première.

 

dialogues

Publié dans romans policiers

Commenter cet article

wens 21/03/2011 10:54


Parution le 21 avril ! Bigre, d'ici là je vais attendre...


Armande 21/03/2011 11:49



Tu peux attendre ou le demander à Dialogues croisés. Il semblerait qu'il reste un ou des exemplaires.



Marc 17/03/2011 11:46


Oui, j'aime aussi beaucoup cette collection, d'ailleurs cela me donne envie d'aller en acheter quelques uns...


Armande 17/03/2011 13:37



Au grenier, j'ai des cartons entiers de 10/18 qui attendent de trouver leur place dans une future bibliothèque ! Quels sont tes auteurs préférés ? Moi, j'ai démarré il y a fort longtemps avec
Colin Dexter.