Des ailleurs impossibles de E.P. Solda

Publié le par Armande

ailleurs.jpg

   Le titre de cette biographie aux accents rimbaldiens a suffi pour que je le demande à notre ami BOB, bien m'en a pris.

L'auteur nous raconte quelques mois dans son existence durant l'année 1963, où elle va découvrir la liberté mais aussi l'errance et la peur.

    Mon grand regret, dès le début de ma lecture, a été de constater qu'il s'agissait du tome 2 et que je ne possédais pas certaines clés pour comprendre les motivations de Patrizia. Ce livre débute par une description des quais de Seine à Paris. L'auteur s'y promène et discute avec ceux qu'on désignait sous le terme générique de Beatnik. Elle ne se sent pas spécialement à l'aise parmi eux mais cela lui permet de quitter pour un moment l'atmosphère abrutissante de l'atelier de couture où elle a la charge des casques à bigoudis ! Elle a dix-sept ans, est mineure, a soif de liberté et d'inconnu mais son quotidien l'enferme dans ce qu'elle considère comme un carcan : vie chez papa, maman, travail à l'atelier et fiançailles avec un petit soldat breton. Ses parents, émigrés italiens, la voudraient sage et lisse. Ils ont une adolescente rebelle qui aspire à vivre intensément. L'amour pour un garçon des beaux quartiers va l'inciter à fuguer pour partager avec lui le début d'été, avant qu'il ne parte en vacances. Elle espère secrètement qu'il restera avec elle et renoncera à partir avec ses copains. Il n'en est rien et Patrizia après l'avoir acommpagné jusqu'à son train, se retrouve seule dans Paris, sans ressource et sans toit pour la nuit.

Elle a peur mais semble puiser de la force dans cette cette peur. Elle veut affronter le monde, se frotter aux aspérités de l'existence et elle va être servie. En l'espace de trois semaines, de rencontre en rencontre, Patrizia fera "son éducation" et sa condition de femme lui apparaîtra comme un terrible handicap.

    A la fin de ce tome, elle rentre dans le rang, à son corps défendant. Je me demande si dans le tome suivant, cet électron libre reprendra le cours aléatoire de sa vie.

Je remercie les éditions Chèvre-feuille étoilée pour cette belle découverte .

Commenter cet article

juliette 16/11/2010 08:25


Tu parles! Ca prouve juste qu'il regarde Télématin! Y'a pas de quoi se la péter chérichéri! hihi (non, je ne suis pas augrie, je suis solidaire avec Dame Armande!)


Armande 16/11/2010 09:10



Et ben même pas ! (couinements rageurs) Et le pire du pire du pire, c'est qu'il a le triomphe modeste ! Si au moins, il fanfaronnait, je pourrais exercer à ses dépens mon esprit caustique mais il
ne me laisse pas cette possibilité... Au fond, je viens d'ouvrir les yeux : j'ai épousé un grand sadique !



Stemilou 16/11/2010 07:34


Malgré la lecture de ce tome 2 sans connaitre le contenu du tome 1, j'ai pu rentrer facilement dans la vie de cette jeune fille.
Trés beau


Armande 16/11/2010 08:02



Ce tome 2 donne envie de découvrir le tome 1 et la maison de correction où était enfermée Patrizia...



juliette 16/11/2010 07:14


trop tard!


Armande 16/11/2010 08:03



Tu ne vas pas le croire : Chéri avait trouvé la réponse ! Cet homme me sidère...



Gwenaelle 16/11/2010 06:53


Un beau portrait de femme, apparemment... Toujours dure et chère, la liberté pour le sexe féminin...


Armande 16/11/2010 08:04



A cette époque, cette liberté était encore plus dure à obtenir ! L'auteur a même connu la maison de correction : le prix à payer pour vivre autrement...



juliette 15/11/2010 18:22


COuuuuuuuuuurs chez Mango!


Armande 16/11/2010 08:05



J'y ai couru mais le temps que j'admette que Chéri avait la bonne réponse, elle était trouvée !