Atelier d'écriture de Gwen

Publié le par Armande

 

jpg_jpg_20070107164652_ville_nuit-2c16c.jpg

 

Le sujet 

Tout d’abord quelques ingrédients :

  • la nuit
  • une rue sombre
  • de hauts talons
  • une silhouette furtive
  • et la désagréable sensation de n’être pas seul(e)

A partir de ces ingrédients que vous serez libres « d’interpréter » à votre façon, je vous propose d’écrire une histoire (un peu) noire, dévoilant peu à peu l’implacable mécanique du frisson*…

 

Mon texte

 

 

"Eblouie par la nuit..."

 

   La porte d'un immeuble s'ouvrit et une silhouette mince émergea d'une cour sombre. La lueur d'un lampadaire éclaira brièvement deux yeux charbonneux, rimmel coulé et cernes foncées. D'un geste machinal, la jeune femme remonta la fermeture de son blouson et commença à mordiller le zip.

   Dans sa tête, les paroles d'une chanson de Zaz « Eblouie par la nuit, à coups de lumière mortelles, à frôler les bagnoles, les yeux comme des têtes d'épingles... ». Elle se dirigea vers la station de métro la plus proche. Ses hauts talons résonnaient dans le noir et ce bruit troublait un peu la tranquillité de la rue plongée dans le silence.Quelle fête ! Elle avait dansé avec frénésie, s'était mêlée aux autres invités, dans le groupe qui s'entassait dans le salon de Pierre. Elle était tellement bien, perdue dans le rythme, fondue dans la foule des danseurs. Elle n'était plus personne, juste une vibration, sans passé, sans présent, sans avenir. Quelle tête elle devait avoir maintenant ! Une mine de papier mâché aurait dit sa grand-mère. « Eblouie par la nuit, à coups de lumières mortelles, à shooter les canettes aussi paumée qu'un navire, si j'ai perdu la tête, je t'ai aimé et même pire... »

   Des pas se firent entendre derrière elle. Plongée dans ses pensées, elle n'y prêta pas attention. Combien de verres avait-elle bu ? Impossible de s'en souvenir... Aucune importance, demain elle prendrait une petite pilule miracle et serait « performante » au bureau. L'alcool la plongeait dans un état cotonneux bien confortable depuis qu'il était parti. Elle hâta le pas, pressée soudain de retrouver son lit et de voler quelques heures de sommeil à la nuit.
   Avait-elle conscience qu'elle était suivie ? Sa silhouette fragile apparaissait et disparaissait, éclairée ponctuellement par la lumière électrique des lampadaires. Elle entendit siffler dans son dos. Une scène de M. le Maudit traversa son esprit. La bouche de métro n'était plus qu'à quelques mètres. «  Eblouie par la nuit, à coups de lumières mortelles, de nos nuits de fumette il ne reste rien que tes cendres au matin, tu es venu en sifflant... »

Publié dans Armande écrit

Commenter cet article

wens 31/03/2011 18:31


Je jouais le rôle de M dans les rues de Bretagne il y peu de temps..j'aime partuculièrement les rues pluvieuses et ton texte.


Armande 31/03/2011 19:25



Pourquoi associer RUES pluvieuses et Bretagne ? C'est vrai quoi ! Quand il pleut par chez nous, c'est pas seulement dans les rues ...;-)



Lorence 29/03/2011 11:15


Un peu ténébreux ce texte mais j'apprécie aussi.

ta fidèle lectrice :-)


Armande 31/03/2011 09:09



Le sujet exigeait une histoire une peu sombre...