le vampire de la rue des Pistoles de Jean Contrucci

Publié le par Armande

 
  Je suis une adepte de la série "Les nouveaux mystères de Marseille"Jean Contrucci exerce avec talent sa verve de feuilletonniste. Il renoue avec la tradition du roman populaire avec ses personnages archétypaux mais sympathiques : le commissaire Eugène Baruteau, géant aux allures débonnaires mais dont le regard d'acier fait trembler les truands et son neveu Raoul Signoret, journaliste au "Petit Provencal", dont le physique avantageux et le goût du risque font trembler d'émoi la "ménagère". Cette fois, les deux hommes sont confrontés à un meurtre des plus mystérieux, celui d'un "guérisseur" aux pratiques aussi barbares qu'inefficaces. Pour guérir ses "pratiques", Cléophas employait volontiers du sang humain, de la graisse animale et quelques touffes de sa propre chevelure : une méthode que les malades n'avaient pas le temps de lui reprocher car elle avait un peu tendance à accélérer leur trépas.
   Au-delà de l'intrigue en elle-même, se plonger dans un roman de Jean Contrucci, c'est se retrouver dans le vieux quartier du Panier et partager le quotidien de gens simples au verbe haut. Le lecteur peut sentir à chaque page l'amour que l'auteur éprouve pour Marseille, sa ville et pour les plus humbles de ses habitants pour lesquels vivre, c'est souvent survivre. Le fait de situer l'action à la Belle Epoque nous permet aussi de découvrir ou de redécouvrir une société moins uniformisée que la nôtre. Il faut reconnaître aussi que le vieux Marseille est un formidable condensé d'humanité, un carrefour de nationalités, un chaudron en perpétuelle ébullition, le lieu idéal pour planter le décor d'un roman policier.
   L'auteur a repris à son compte le principe des romans qui paraissaient dans les journaux. Chaque chapitre se voit doter d'un titre "alambiqué" dont personnellement, je fais mon miel :
" Où l'on prend connaissance des détails d'un rapport d'autopsie qui n'est pas sans évoquer le carnet de commande d'un équarrisseur"
"Où notre héros, venu enquêter dans la rue des Trois-Soleils, assiste à une assemblée des femmes qui ne doit rien à Aristophane mais lui apporte de précieux renseignements."
   Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, le roman reçu par l'intermédiaire de l'annuaire Ulike, était accompagné d'un bel album de photos en noir et blanc "Le Marseille de Raoul Signoret" qui présente les lieux où se sont déroulées les différentes enquêtes de notre impétueux journaliste.
   Vous l'aurez compris, j'ai un faible pour Jean Contrucci qui redonne ses lettres de noblesse à un genre trop souvent méprisé : le roman populaire.

Ce blog a décidé  de s'associer à un projet ambitieux : chroniquer l'ensemble des sites de la rentrée littéraire !  Vous retrouverez donc aussi cette chronique sur le site
http://chroniquesdelarentreelitteraire.com/

Pour en savoir plus, c'est ici :
http://chroniquesdelarentreelitteraire.com/a-propos

Publié dans romans policiers

Commenter cet article

Lounima 29/09/2009 23:40


Ouh, alors, là, celui-là, il me fait de l'oeil ou je ne m'y connais pas !
J'ai bien envie de découvrir cet auteur... ;-)


Armande 30/09/2009 08:19


Ce sont des romans très plaisants et toujours très bien documentés sur Marseille !


Yv 29/09/2009 21:05


Je ne connais pas et avais hésité à le demander à Ulike.


Armande 30/09/2009 08:18


Mon petit doigt me dit que tu vas "coincer" au niveau du style ...


Lilibook 29/09/2009 14:49


J'ai inscrit le 1er opus de cette série sur ma lal mais vu qu'elle regorge de titres..... ;-)


Armande 30/09/2009 08:18



J'ai commencé à lire Jean Contrucci il y a quelques années. C'est ma mère qui a "déniché" cet auteur et depuis, elle lui est fidèle, achète ses romans et ensuite me les prête. Pour une fois,
grâce à Ulike, c'est moi qui vais lui donner mon exemplaire !