El ultimo lector de David Toscana

Publié le par Armande

   Ce livre voyageur prêté par Katel a fait une halte dans le Trégor. J'ai trouvé cette lecture divertissante mais pas passionnante. Icamole, petit village au Nord du Mexique, est le lieu d'un fait divers affreux : Remigio, fils du bibliothécaire Lucio, trouve, au fond de son puits, le corps sans vie d'une jeune adolescente. Par peur d'être accusé de meurtre, Remigio, n'alerte pas les autorités mais cherche conseil auprès de Lucio.
   Commence alors pour le lecteur un jeu parfois intéressant, parfois un peu lassant pour démêler la réalité de la fiction. Lucio, en effet, est un lecteur invétéré qui met souvent sur le même plan les personnages d'un roman et les personnes réelles. La frontière entre le monde de la littérature et le monde tangible n'existe plus pour lui et il recherche une solution "livresque " au drame survenu. Il conseille à son fils d'enterrer le corps sous l'avocatier de son jardin, suivant ainsi le mode opératoire d'un personnage dans un roman intitulé "Le pommier".
   En dehors de ce meurtre et de l'enquête qui suivra, le lecteur se concentre surtout sur Lucio, bibliothécaire dans une bourgade où personne ne lit. Il a adopté un classement qui doit faire hurler les documentalistes : tout récit qui lui déplait (trop d'adjectifs ou trop de marques citées par exemple) finit dans la pièce attenante à la bibliothèque. Lucio y élève une collection de cafards auxquels il donne en pâture les romans qu'il juge de qualité médiocre. Cet homme "vit" la littérature, il n'est pas dans l'analyse mais dans l'empathie. Les personnages qui le touchent se mettent à exister et il tente même d'écrire quelques lignes en citant le prénom de sa femme  défunte Herlinda, pour la ramener du monde des morts.
   L'auteur, à travers ce personnage, règle quelques comptes avec la littérature de notre époque. Les livres, condamnés au Purgatoire grouillant de cafards, sont visiblement ceux que lui-même n'apprécie pas. Cette critique est souvent assez drôle mais il y a le risque d'être l'arroseur arrosé. Le roman de David Toscana n'est pas exempt de défauts : narration un peu sèche, parfois confuse et des personnages auxquels il est difficile de s'attacher.A la place de Lucio, je ne l'aurais pas condamné aux cafards mais à l'étagère du bas dans la bibliothèque !

Publié dans littérature mexicaine

Commenter cet article

keisha 23/08/2009 09:40

Exact, je guette aussi chez elle régulièrement. bah, tout va se débloquer d'un coup en septembre!

Armande 23/08/2009 12:08


Espérons... J'aime bien recevoir régulièrement les livres de la chaîne.


keisha 22/08/2009 09:11

Ah! je l'ai aimé, ce livre...
Au fait, je ne sais même plus où en est la chaine des livres, rien chez moi en tout cas...

Armande 23/08/2009 09:33


Aucun livre nouveau à l'horizon ! Je guette du côté de chez Levraoueg, juste avant moi dans la chaîne mais elle n'a rien reçu depuis un petit bout de temps !


kathel 02/08/2009 15:55

Malgré mon avis mitigé, je suis contente de le voir voyager ! J'écrirai bientôt un billet sur un roman mexicain qui m'a plu bien davantage...

Armande 02/08/2009 18:45


J'espère qu'il continue son voyage, je l'ai expédié il y a déjà quelques semaines.


Leiloona 02/08/2009 14:01

Je n'ai pas moi non plus le coup de cœur encore pour ce livre ...

Armande 02/08/2009 18:44



Il se lit sans déplaisir mais ne passionne pas...



Karine :) 01/08/2009 18:36

Je l'ai noté aussi, il a plu à plusieurs copines... mes attentes sont un peu plus modérées, maintenant...

Armande 01/08/2009 18:58


Katel, qui me l'a prêté, a aussi un avis assez mitigé sur ce livre.