Requiem pour une cité de verre de Donna Leon

Publié le par Armande


J'attendais avec impatience la sortie du dernier opus de cette Américaine installée à Venise depuis plus de vingt ans. La cité de verre évoque l'île de Murano où se fabriquent les bijoux que je collectionne déjà depuis quelques années.
Mais il me semble que la magie n'opère plus : le commissaire Brunetti est toujours égal à lui-même, épicurien et amateur de vérité, Venise est toujours aussi belle, Paola,l'épouse de Brunetti, cuisine toujours aussi bien... C'est moi, sans doute qui n'apprécie plus autant ce qui était devenu un rendez-vous annuel fédérateur. Et oui, le roman circule entre tous les membres de la famille élargie et il y a même un tour d'organisé...
Pourtant les thèmes abordés m'intéressent : la pollution de la lagune et les lourdeurs de la bureaucratie. J'aurais peut-être préféré que ces sujets ne prennent pas le pas sur l'intrigue, qui me semble bien légère. Pour moi, l'intrigue ne peut, ne doit pas, être un canevas convenu au service d'idées, même fortes. Elle doit rester le coeur du roman. Je suis un peu déçue mais l'année prochaine me verra tout de même fidèle au rendez-vous...

Publié dans romans policiers

Commenter cet article

Hambre 05/05/2009 11:48

Moi, je note quand même car les thèmes sont intéressants et surtout cela se passe à Venise !!!

Armande 05/05/2009 13:02


Ton petit carnet doit déborder à force de noter des titres de romans ! Attention à ne pas te laisser submerger...


KATTYLOU 05/05/2009 09:40

Je note cet auteur le thème et le lieu ma plaisent

Armande 05/05/2009 12:59


Ah Venise ...


Karine:) 03/05/2009 14:16

La morale de cette histoire... ne pas commencer par ce titre de l'auteur, donc!!!

Armande 03/05/2009 19:09


je souscris à cette morale ! A défaut de lire le roman, achète-toi un collier ou un bracelet en verre de Murano...


Yv 02/05/2009 15:53

jamais encore lu de Donna Leon et d'après tes infos, je ne commencerai pas par celui-ci;

Armande 03/05/2009 09:08


Disons qu'il est préférable de démarrer par le premier de la série... J'aime beaucoup aussi "Le meilleur de nos fils".


Pierre 01/05/2009 19:09

Je suis bien d'accord avec toi. L'auteur doit rester maître de l'intrigue car sinon le déroulé devient lourd. Ceci sans préjuger de Donna Leon que je n'ai pas encore lue.

Armande 01/05/2009 19:13


Les années passant, je suis de plus en plus sensible à la construction des romans et de fait beaucoup plus exigeante aussi.