Etoile errante de J.M.G.Le Clézio

Publié le par Armande



Pour cette lecture dans le cadre du Blogoclub, j'avais choisi " Etoile errante" pour l'écho qui pouvait se faire avec l'actualité du moment : l'opération militaire "Plomb durci". En effet, l'histoire nous présente les trajectoires à partir de 1943, d'Esther, jeune Juive qui va quitter la France pour le tout nouvel état d'Israël et de Nejma, jeune Palestinienne, chassée de sa terre et contrainte de vivre dans un camp qui de provisoire, devient définitif.

Très rapidement, je me suis rendue compte qu'une entrée historique ou politique ne me permettrait pas de saisir le sens de cette histoire. Le texte est avant tout un poème dédié aux quatre éléments : l'eau, le feu, la terre et l'air. Pour chacun d'entre eux , l'auteur nous en révèle aussi bien les aspects négatifs que positifs.
L'eau, omniprésente dans ce roman, peut ravir les sens de ceux qui l'écoutent comme dans l'incipit :  "Elle savait que l'hiver était fini quand elle entendait le bruit de l'eau. L'hiver, la neige avait recouvert le village, les toits des maisons et les prairies étaient blancs. La glace avait fait des stalactites au bout des toits. Puis le soleil se mettait à brûler, la neige fondait et l'eau commençait à couler goutte à goutte de tous les rebords, de toutes les solives, des branches d'arbre, et toutes les gouttes se réunissaient et formaient des ruisselets, les ruisselets allaient jusqu'aux ruisseaux, et l'eau cascadait joyeusement dans toutes les rues du village." Mais cette même eau peut se montrer hostile envers la même Esther quand elle fuit les Allemands à travers la montagne pour rejoindre l'Italie : "A l'aube, la pluie les a réveillées. C'était une pluie fine qui bruissait doucement sur les aiguilles de pin au-dessus d'elles, et se mêlaient au fracas du torrent. Les gouttes commençaient à traverser le toit de leur abri, les gouttes glacées tapotaient leur visage. Elizabeth a bien essayé d'arranger les branches, mais elle n'a réussi qu'à faire pleuvoir plus fort."

Tous ces éléments ambivalents constituent la trame du roman, du moins à mon sens, et cette construction est probablement le reflet du sentiment de J.M.G.Le Clézio sur le conflit israëlo-palestinien : une terre et deux peuples qui se la disputent. Si l'on se place du point de vue d'Esther, cette terre est la leur,selon les textes sacrés .Ce lieu leur est d'autant plus cher qu'à la fin de la seconde guerre mondiale, les rescapés des camps vont y voir un espoir de renaître et de renouer avec une existence normale. En revanche, si l'on épouse, le point de vue de Nejma, spoliée de ses biens et contrainte d'abandonner sa maison et sa ville, les Israëliens ne peuvent apparaître que comme des voleurs de terre.

Une même terre, deux peuples, l'auteur ne tranche pas... Une phrase revient pourtant souvent "Le soleil ne brille-t-il pas pour tous?", prononcée par le vieux Nas, fermier palestinien, quand les soldats sont venus chez lui, pour l'emmener vers le camp.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

sylire 02/03/2009 22:19

Comme le dit Julien, tu es restée à distance de ce livre, sans nous livrer ton point de vue, tout comme JMG. Intéressant...

Armande 04/03/2009 09:24


Ne pas prendre parti n'est-ce pas déjà prendre parti ? Je songe à proposer ce sujet au bac de philo 2009...


katell 01/03/2009 16:49

Je peux confirmer que l'eau est un élément essentiel dans l'imaginaire et l'écriture de Le Clézio: "Raga, approche du continent invisible" est un véritable régal entre rêve, réalité, légende et symbolisme. Une longue et belle promenade poétique!

Armande 02/03/2009 17:49


D'ordinaire, j'aime la poésie mais je reste assez imperméable à celle de Le Clézio !


Karine :) 01/03/2009 14:07

Je me demandais aussi si tu avais aimé ou pas! :)) J'ai lu quelques nouvelles, que j'ai trouvées un peu... longues sur le coup mais qui, après réflexion (et des métaphores sans aucun rapport avec l'intention de l'auteur que j'ai fini par trouver), j'ai réalisé que j'en gardais des images, quand même. Je pense que c'est moi qui ne suis pas capable d'apprécier une écriture qui touche tant aux éléments...

Armande 01/03/2009 16:12


Disons que j'avais un peu oublié de le préciser mais rien n'échappe aux blogueurs !


kathel 01/03/2009 13:45

J'ai passé mon tour pour cette fois, alors que ça aurait été l'occasion de découvrir cet auteur... J'ai l'impression que tu n'as pas trop aimé, donc je ne commencerai pas par celui-ci !

Armande 01/03/2009 16:11


Ce Blogoclub est l'occasion d'aller pour moi vers des auteurs qui ne m'attirent pas spontanément.Les découvertes, après, sont bonnes...ou mauvaises. Mais je ne regrette pas le temps passé sur ces
oeuvres qui élargissent le champ de mes lectures.


DENIS ET FABIENNE 01/03/2009 12:46

bonjour Armande,
très belle approche par les éléments
je suis très sensible à l'Histoire, alors j'ai plutôt porté mon regard de ce côté pour présenter ce livre sur bonheurdelire
livre envoûtant pour ma part mais je suis un "inconditionnel" de JMG LE CLEZIO donc jamais très objectif
bon dimanche
denis

Armande 01/03/2009 16:07


Je vais aller lire ton article. Ces confrontations d'opinion font tout le sel de ce Blogoclub.