Qui comme Ulysse de Georges Flipo

Publié le par Armande

Avec un livre, tout se joue parfois dès la couverture ! Ici, mon a-priori était déjà favorable tant la petite scupture de Gilles Blanchard me semble évocatrice des voyages et des aléas de ceux-ci. Le personnage n'a rien d'un baroudeur mais ressemble plutôt à un immigré entre deux âges qui arrive dans un pays inconnu où il aura du mal à trouver ses marques. Ses bagages sont lourds et ventrus , remplis de sa vie d'avant, de souvenirs et de nostalgie...de préjugés probablement aussi.
Les nouvelles de George Flipo font écho avec celles de Matthew Kneale "Petits crimes dans un âge d'abondance" que j'ai eu l'occasion de chroniquer il y a quelques semaines. Elles évoquent les difficultés rencontrées par les voyageurs pour visiter "intelligemment" un pays sans tomber dans les travers des Européens blasés .
Curieusement, même si cette thématique de "l'ailleurs" complexe à appréhender par le touriste est très présente dans ce recueil, ce n'est pas cet aspect qui m'a le plus touchée. Les deux voyageurs qui m'ont le plus émue, ce sont les voyageurs immobiles : l'adolescente clouée dans son fauteuil dans "L'île Sainte-Absente" et Joseph, le gardien de phare dans " La route de la soie".
Louise a quinze ans et passe l'été dans une villa à Cabourg. Devant la maison coule la Dives et du brouillard va surgir une île, ce sera son île mais attention pas un "son" qui marquerait la possession, non un "son" qui montre l'affection. L'imagination fertile de l'adolescente peuple ce petit pays d'une colonie de fourmis dont les coutumes ressemblent à celles d'une tribu primitive. Elle rêve de quitter son fauteuil et d'effectuer le "voyage" qui la transporterait sur cette île où elle danserait toute la journée pendant que les fourmis entonneraient "Invicta Juventa", leur chant le plus sacré, celui de la Jeunesse triomphante". Cette petite voyageuse immobile, ce "petit corps défait de restes d'os et de chair" m'a émue aux larmes.
Joseph, lui, m'a fait sourire. Ce vieil homme, gardien de phare à la retraite, blogue avec délectation, s'invente des voyages extraordinaires où chaque détail paraît authentique tant sa documentation est précise et complète. Lui, non plus, ne bouge pas de son fauteuil mais s'évade par l'imagination.
 D'ailleurs n'est-ce pas la caractéristique de nombreux lecteurs ? Ouvrir un livre pour entrer dans un nouvel univers , voyager à travers les mots des écrivains , aller comme Ulysse non pas d'île en île mais de récit en récit... Embarquer avec George Flipo est le conseil que je peux vous donner.

Commenter cet article

Florinette 02/02/2009 19:03

Je l'ai découvert par son roman "le vertige des auteurs" que je te conseille en passant et je dois avouer que ses nouvelles sont également très réussies !

Armande 03/02/2009 14:59


Je note le titre sur mon carnet !


Stephie 02/02/2009 12:18

Décidément il voyage ce recueil. Je l'ai lu également et j'ai aimé certaines nouvelles mais pas toutes.

Armande 02/02/2009 18:28


je suis comme toi, toutes les nouvelles ne m'ont pas plu... mais c'est un peu le principe des recueils. Il est rare d'aimer tous les textes.


keisha 02/02/2009 07:20

Tu es taguée ! Va voir là : http://en-lisant-en-voyageant.over-blog.com/article-27389864.html et n'aie pas honte ...

keisha 02/02/2009 07:14

Tu es taguée ! Va voir là : http://en-lisant-en-voyageant.over-blog.com/article-27389864.html et n'aie pas honte ...

keisha 02/02/2009 07:13

Tu es taguée ! Va voir là : http://en-lisant-en-voyageant.over-blog.com/article-27389864.html et n'aie pas honte ...