Les inséparables de Marie Nimier

Publié le par Armande

Rares sont les personnes qui m'offrent des livres. Elles craignent toujours de tomber sur un roman que j'aurais déjà lu, ce qui arrive effectivement souvent ! Pour celui-ci, le risque était moindre puisque mes collègues se sont adressés pour le choix à Philippe, un ami libraire et mon principal fournisseur en "fiction".
J'ai ouvert sans a-priori ce roman, je ne connais l'auteur que de nom et n'avais lu aucune critique sur son livre.
Je l'ai dévoré d'une traite un dimanche après-midi, prise par l'histoire de ces deux petites filles liée d'une amitié qui va perdurer avec des hauts et des bas jusqu'à la dernière rencontre évoquée par l'auteur alors qu'elles sont adultes. J'ai mené quelques recherches sur Internet et tous les articles sur ce livre le présentent comme le plus autobiographique de l'auteur, cela apparaît surtout à la fin et rend le récit d'autant plus émouvant.

Enfants, nos deux inséparables vivent une relation que tous ceux qui ont des ami(e)s intimes connaissent.

"Ce qui nous séparait nous liait tout autant que ce qui nous réunissait. Nous nous comblions, est-ce qu'on peut dire cela ? Se combler, comme deux pièces de puzzle qui s'imbriqueraient parfaitement, mais qui ne viendraient pas de la même boîte. Léa pouvait parler longtemps sans que jamais je ne me lasse de l'écouter. Je pouvais rester silencieuse sans qu'elle me demande si je faisais la tête. "

L'auteur nous raconte leur enfance un peu particulière de demoiselles sans père. Heureusement Léa a un beau-père américain, pas toujours à la hauteur de leur attente mais au moins présent dans leur paysage affectif. C'est lui qui leur présente l'Amérique comme un pays de Cocagne. Il faut préciser que nous sommes dans les années soixante et que les USA font bien plus rêver qu'aujourd'hui.

"Un soir, John Palmer rapporta de l'American Legion une machine à pop-corn assortie d'un stock impressionnant de grains de maïs conditionnés dans des filets. Ce fut notre toquade de la saison-toutes les deux, assises bien au centre du cinéma, notre manteau calé sous les fesses, grignotant nos pop-corn salés comme de petites Américaines : nous étions les reines du monde"

Un tournant va s'opérer dans leur relation une nuit où elles dorment ensemble, l'année de leur treize ans. Léa se réveille vers quatre heures du matin.

"Je lui demande pourquoi elle me réveille, en pleine nuit, sa réponse est confuse, elle dit qu'un bruit s'est installé dans sa tête, un bruit qui n'est pas un bruit et qui ne s'arrête pas, et une phrase qui se répète sans fin, une phrase qui l'obsède : il n'y a pas de raison, pas de raison..."

Cette nuit semble être le moment où les chemins des deux filles vont se séparer : Léa, en quête de sens, du pourquoi de l'existence , suivra un sentier tortueux de séjours en maison de correction, en hôpital psychiatrique, voire même en prison pour trafic de drogue alors que la narratrice suivra une route bien banalisée : études supérieures et début dans l'écriture.
D'ailleurs cette dernière s'interroge : pourquoi des parcours aussi différents ? Elle tente une esquisse de réponse.

"Pourquoi ne l'avais-je pas suivie sur le chemin de la drogue, qu'est-ce qui m'avait retenue ? Léa avait tout pris sur elle, pour nous deux. Tout pris à l'intérieur de son corps"

Ces quelques extraits ne rendent pas entièrement justice à ce roman qui reconstitue aussi avec talent le Paris des années soixante et les mille jeux de l'enfance des inséparables, autant de moments de pur bonheur, nullement entachés des soucis de l'âge adulte. Marie Nimier semble avoir éprouvé beaucoup de plaisir à se replonger dans cette période, me confortant dans ce que je pense depuis longtemps: on se languit souvent de son enfance.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Florinette 23/12/2008 16:46

Un petit coucou pour te fêter de joyeuses fêtes de Noël et de fin d'année Armande ! :0055:

Armande 23/12/2008 18:50


A toi aussi joyeuses fêtes ! Je suis actuellement dans les derniers préparatifs, un peu à la bourre car au lieu de me consacrer aux achats de Noël, j'ai passé l'après-midi à la médiathèque (
On ne se refait pas !) et à papoter autour d'un café avec une des mes amies...


Marc Lefrançois 23/12/2008 12:52

"Rares sont les personnes qui m'offrent des livres"... moi aussi, c'est pareil! Je dois avoir 5 ou 6000 livres chez moi, donc cela devient vite un problème quand on veut m'en offrir un... Pourriez-vous me mettre dans vos liens? Il est évident qu'on partage le même amour des livres...
Marc
Joyeuses fêtes!

Armande 23/12/2008 20:45


Je vois que nous connaissons le même souci de stockage... Chez moi, il y a même des livres sous les lits ! On m'offre peu de livres mais moi, j'en offre beaucoup : j'adore découvrir le bon livre
qui va plaire à la bonne personne.
Je vous souhaite aussi de bonnes fêtes et une année riche en écriture (J'ai cru comprendre en vous rendant une petite visite sur votre blog que vous aviez déjà deux livres à votre actif.)