Le grand hôtel de Cabourg

Publié le par Armande

J'ai toujours aimé visiter les lieux où ont séjourné les auteurs que j'apprécie. Dans ma grande période Proust (il faut avoir le bel appétit intellectuel de la jeunesse pour s'attaquer à la "Recherche", je ne suis pas certaine que j'en aurais encore le courage !), je me suis promenée près du grand hôtel à Cabourg et j'ai contemplé la chambre du "maître" au musée Carnavalet avec toute la dévotion d'un pélerin à Saint-Jacques de Compostelle.
Maintenant, que me reste-t-il de cette passion proustienne: un penchant pour les madeleines et une certaine facilité à compléter les grilles de mots croisés de Michel Laclos, qui utilise de manière récurrente le fameux catleya d'Odette.
Et n'oublions pas la célèbre introduction de la Recherche: "Longtemps, je me suis couché de bonne heure..."
La semaine prochaine, je vous amène sur les traces de Ronsard, dans la demeure et sur le tombeau du poète.

Publié dans Armande écrit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cathe 17/09/2008 13:38

Et tu ne lis plus du tout de Proust ? Comme toi j'ai fait les "pèlerinages" proustiens, mais j'aime encore ouvrir à n'importe quelle page "La recherche" et m'y plonger :-)

Armande 17/09/2008 20:40


Honnêtement, j'aurais plus tendance à me plonger dans des romans moins "copieux" et j'ai aussi moins tendance à l'idolâtrie. Proust n'a pas été le seul Dieu de mes jeunes années, ça se bousculait
sur l'Olympe ! Mais pour moi, le plus grand reste incontestablement Albert Cohen.